Catégorie : Non classé

Saint-Louis manque de lucidité

saint-louis-a-fait-corps-mais-a-finalement-cede-face-au-leader-bar-le-duc-sur-sa-pelouse-du-stade-de-l-au-photo-l-alsace-1479680661

Saint-Louis – Bar-le-Duc 13-22. Stade de l’Au. Mi-temps : 13-12. Arbitre : M. Missant (CD68). Les points : essais de Stimpfling (26e ) et Hammoudi (37e ), pénalité de Monpoint (12e ) pour Saint-Louis ; essais de G. Nicolas (21e ), R. Collignon (30e ) et Perrot (48e ), 2 transformations et pénalité (80e ) de Perrot pour Bar-le-Duc. Cartons. Jaune : Platel (70e ) à Bar-le-Duc. Blancs : K. Collignon (73e ) et Bitsch (74e ) à Bar-le-Duc.

L’entame de cette rencontre de Promotion/1re série est ludovicienne avec une pénalité de l’ouvreur Monpoint (3-0, 12e ). Un enthousiasme rapidement refroidi : leader de la poule, Bar-le-Duc met la pression dans les cinq mètres de Saint-Louis à l’image du talonneur G. Nicolas, qui s’arrache pour aplatir dans l’en-but, Perrot transformant (3-7, 22e ).

Enfin avec 22 joueurs, Saint-Louis envoie du mouvement dès la remise en jeu. Les frontaliers sont récompensés de suite : leur jeu au large trouve le néo-senior Stimpfling qui aplatit en bout de ligne pour son premier match en titulaire de l’équipe fanion (8-7, 26e ). Toujours dans la vivacité, Bar-le-Duc reprend rapidement la main par R. Colligon (8-12, 30e ). Les Alsaciens ont du répondant.

Une touche à cinq mètres propulse le talonneur Hammoudi à l’essai (13-12, 37e ). Mené, le leader lorrain reste cependant réaliste. Sur un temps fort avec une mêlée dans les 15 mètres ludoviciens, l’ouvreur métronome Perrot se fait la malle entre les poteaux puis transforme (13-19, 48e ).

Le jeu reste ensuite cantonné en milieu de terrain. Avec Platel (70e ), K. Collignon (73e ) et Bitsch (74e ) priés d’aller méditer, Bar-le-Duc finit la rencontre à douze. Saint-Louis plante la tente dans les cinq mètres meusiens, où les Haut-Rhinois effleurent à deux reprises l’en-but mais ne voient pas l’aile visiteuse désertée. Un ultime coup de pied de dégagement à 40 mètres de sa ligne permet au leader sur la remise en jeu d’obtenir une pénalité face aux poteaux : Perrot transforme et ôte de fait le point de bonus défensif aux Ludoviciens (13-22, 80e ). À trop vendanger, le RCSL a manqué de lucidité pour rester collé à l’avant-dernière place.

 

Source : lalsace.fr

Photos du repas dansant :

  • retrouvez dès à PRÉSENT Les photos du repas dansant sur le facebook du club.

    facebook_icon-icons-com_53612

    Cliquez sur l’image, elle vous redirigera directement sur la page FB du club.

Petit, mais costaud le rugby dans la Meuse

Le Comité Meuse de rugby investit dans l’avenir : les jeunes, les féminines, les éducateurs et les compétiteurs.alain-pierrard-plus-il-y-a-de-gens-qui-touchent-un-ballon-ovale-et-mieux-c-est-1478510783

80 % des clubs de rugby se trouvent au Sud de la Loire. La Meuse n’est pas naturellement une terre d’ovalie. Pourtant, c’est le département lorrain qui compte le plus de joueurs de rugby par rapport à sa population. « Il y a cinq cents licenciés qui se répartissent dans trois clubs, le SAV Rugby, le RC Bar­ le­ Duc et le Rugby Centre Meuse Force 4, qui évoluent au niveau régional », explique Alain Pierrard. Et ce n’est pas fini !

L’objectif du président du Comité Meuse de rugby est de promouvoir et de développer ce sport. « Plus il y a de gens qui touchent un ballon ovale et plus il y a de jeunes qui prennent du plaisir à jouer, mieux c’est ». L’objectif principal est la formation des 5­-18 ans, soit la moitié des pratiquants en Meuse. « L’an dernier, on a eu deux mille élèves du CE2 au CM2 qui ont joué au rugby sous notre impulsion. On espère que certains deviendront des pratiquants réguliers ». Dans l’une des cinq écoles de rugby du département, dont une labellisée, Verdun depuis juin 2015, et deux nouvelles, à Saint­Mihiel et Commercy. « Et il y en aura bientôt sans doute une sixième dans le secteur de Ligny-en­Barrois », note le président du Comité Meuse. 90 % des animateurs des écoles de rugby sont des éducateurs diplômés qui dispensent des cours ludiques et dynamiques.

Allez les filles !
L’autre public cible du rugby en Meuse : les féminines, qui ne représentent pour l’instant que 10 % des joueurs meusiens. « Nous leur proposons du rugby à 5, sans percussion ni placage. Ce jeu fait en effet appel à l’adresse et à la vitesse », Idéal aussi pour les seniors et les équipes corpos.
Pour Alain Pierrard, l’avenir du rugby meusien passe aussi par les compétiteurs, 150 sur les 500 licenciés. « Nos trois clubs pourraient former une équipe fédérale avec leurs meilleurs joueurs », note t­’il. « C’est une idée, mais pas forcément un objectif, car je crains que l’élitisme ne fasse plonger les petits clubs ». Ce qui fait la force des clubs de rugby meusiens, ce sont ses valeurs : le respect, le courage et la solidarité. « Nous pratiquons un sport citoyen. Nous sommes des acteurs de la cohésion sociale », estime le président du Comité Meuse. « Et parfois, on aimerait bien un tout petit peu plus de reconnaissance ». Notamment des financeurs publics. Dans la Meuse, on est petit mais costaud côté ovalie. La technique : faire bloc et toujours aller de l’avant. L’esprit rugby dans sa plus pure tradition, mais sans l’accent du Sud­Ouest !

Chrystelle MAHIEU

Source : EST REPUBLICAIN

Mutzig/Molsheim – Bar-le-Duc 19-72.

Mutzig/Molsheim – Bar-le-Duc 19-72.

14915277_1259884454067736_7705640603469372192_n

Photo de l’équipe réserve avec leurs nouveaux maillots.

Mi-temps: 12-41. Stade Brencklé. Arbitrage de M. C. Chapelle (CD57).

Les points : essais de Letournelle (5e ), Hamel (22e ) et Nares (78e ), transformations de Barth (6e , 79e ) pour Mutzig/Molsheim

Essais de F.Collignon (10e , 31e ), Menard (26e , 71e ), Alborgh (29e ), collectif (37e , 77e ), R. Collignon (57e ), Nicolas (60e ) et Guyon (68e ), 8 transformations de Guyon (6) et Perrot (2), pénalités de Guyon (3e , 21e ) pour Bar-le-Duc.

Source : http://c.lalsace.fr

VITTEL A FINI PAR CRAQUER CONTRE BAR-LE-DUC

 

si-les-vittellois-ont-retrouve-un-etat-d-esprit-de-la-discipline-et-de-l-engagement-cela-n-a-pas-ete-suffisant-pour-faire-chuter-les-barisiens-qui-ont-ete-les-plus-forts-1476050080

Les Thermaux n’ont pas été récompensés par l’engagement positif qu’ils ont mis dans cette rencontre. Bien en place, les Barisiens menaient un assaut payant car Kévin Collignon transperçait la défense et aplatissait le premier essai (10e ). Un électrochoc pour les locaux qui partaient tambour battant à l’assaut de l’en-but visiteur, et étaient gratifiés de deux pénalités de Rohart (14e ) et Bezy (16e ) qui leurs donnaient l’avantage (6-5). Les Vosgiens contenaient le pressing, mais à la vingt-cinquième minute, Majewics trouvait la brèche pour le second essai transformé (6-12). Malgré tout, les Vittellois faisaient jeu égal et auraient pu reprendre l’avantage si le pack n’avait pas échoué si près de la ligne d’en-but (36e ). Pas plus de réussite pour Bezy qui ratait la pénalité à suivre (38e ). La marque restait figée à la pause (6-12).

Toujours entreprenants, les Thermaux étaient pénalisés sur deux en-avants qui auraient pu conduire à l’essai. Un danger qui a réveillé les Barisiens qui passaient à la vitesse supérieure avec l’essai de Romain Collignon (55e ), puis successivement deux essais collectifs en coin (59e et 65e ), puis un doublé de Platel (68e et 75e ). En vingt minutes, la messe était dite (6-41), mais pas question pour les Thermaux de s’avouer vaincus sans avoir lutté jusqu’au bout et sur une ultime action offensive, qui échouait une première fois, Legrand parvenait à sortir du pack pour aplatir l’unique essai vosgien que Rohart bonifiait.

Source : http://c.vosgesmatin.fr